Autonomisation de la femme en milieu rural : la PLAMF-CI pose la 1ère pierre du centre de transformation de produits vivriers à Badasso

Par JM Tonga – Afrique Matin

Véritable casse-tête sous nos cieux, l’autonomisation de la femme en général et celle de la femme en milieu rural en particulier est un sujet qui tient en priorité à la Plateforme Mondiale des Femmes Entreprenantes (PLAMF). Dans cette dynamique, le samedi 6 avril dernier, madame Désirée Djoman et ses amazones de la section Côte d’Ivoire de ladite plateforme (PLAMF-CI) ont investi le village de Badasso sis à 3 kilomètres de Sikensi et procédé à la pose de la première pierre d’un centre de transformation de produits vivriers.

Cette activité qui s’inscrit dans la continuité de la célébration de la Journée internationale de la femme cuvée 2019 s’est déroulée autour du thème : « Leadership et solidarité féminine ». C’est donc à juste titre qu’elle a pour but d’offrir, avec l’appui d’experts, une formation de qualité, un processus d’alphabétisation et l’apprentissage au métier de transformation aux femmes de Badasso, de Sikensi et ses alentours. Cette initiative baptisée Centre de transformation de produits vivriers « Désirée Djoman » de Badasso qui a été proposée par Madame Valentine N’Douba, membre de la PLAMF-CI et native du village de Badasso, sera réalisée sur une superficie de 800m2 sur laquelle sera construit un bâtiment à deux niveaux (R+2). Autonomisaion de la femme en milieu ruralLe coût de ce projet s’élève à 200 millions de FCFA. Ce qui prend en compte la construction, l’équipement et le fonctionnement dudit centre. Madame Désirée Djoman, présidente de la Plateforme Mondiale des Femmes Entreprenantes, a à l’occasion, exhorté les femmes du village et celles des environs à être entreprenantes et à faire de ce centre le leur. Non sans avoir félicité la porteuse du projet dont le parcours doit servir d’exemple à ses sœurs. M. Hamed Koffi Zarour, président mondial de « He for She », partenaire privilégié de la PLAMF-CI, s’est réjoui de ce projet et n’a pas fait l’économie de féliciter les initiateurs. « J’invite les chefs de villages et de terre à mettre à la disposition des femmes des parcelles de terre afin de leur permettre d’exercer cette activité », a-t-il lancé à l’endroit des têtes couronnées présentes à cette cérémonie. Toute chose pour lever l’ »embargo » des hommes sur les terres au détriment des femmes. Poursuivant, M. Hamed Koffi Zarour a fait une promesse à la PLAMFE. « Nous prendrons les dispositions pour vous accompagner dans la réalisation de ce projet », a-t-il laissé entendre. A son tour, Mme Jeanne Cissoko-Zézé, présidente de la Plamfe-CI s’est montrée heureuse pour le fait qu’une fois encore, à travers ce centre de transformation de produits vivriers, la PLAMF-CI intervient dans sa dynamique de renforcement des activités favorisant l’autonomisation de la femme en milieu rural. A ce titre, elle a exhorté M. Edimon N’Guessan, 4ème vice-président du Conseil Régional à obtenir un rendez-vous avec le président du Conseil Régional de l’Agnéby Tiassa afin de lui présenter ce projet salvateur. Et ce, afin que l’institution de développement local puisse intervenir dans son financement.

A l’occasion, la PLAMF-CI a saisi l’opportunité pour instruire les femmes de Badasso sur leurs droits, l’entrepreneuriat féminin, le développement personnel et la protection juridique de leurs activités. Rappelons que depuis sa création en 2018, la PLAMF-CI multiplie les actions en faveur de l’autonomisation de la femme.

Comments are closed.